Contenu principal

Apprendre ce qui compte vraiment - exemple dans des cours d'allemand axés sur l'emploi

  • 16.06.2020

Dans l'établissement de soins "pflegimuri" dans le canton d'Argovie, même ceux dont la langue maternelle n'est pas l'allemand doivent participer à la communication. Pour cette raison, l'institution a permis à ses employés des services de nettoyage, de blanchisserie et de cuisine de suivre un cours d'allemand de base. Les résultats du cours sur le lieu de travail sont impressionnants.

par Jennifer Zimmermann pour la fmpro (association suisse du facility management et de la maintenance)

"Les employés me regardent maintenant dans les yeux avec confiance et me saluent joyeusement et clairement lorsque je les rencontre dans le couloir", déclare Verena Rey, responsable des ressources humaines chez pflegimuri. Vous pouvez voir sa joie lorsqu'elle raconte la transformation de certains employés qui étaient très timides et qui, par conséquent, évitaient parfois le contact visuel. Depuis qu'une douzaine d'employés des services de blanchisserie, de cuisine et de nettoyage à sec ont suivi un cours d'allemand l'hiver dernier, beaucoup de choses ont "disparu", confirme Esther Erni, responsable de l'hôtellerie de la maison de retraite de Muri, en Argovie. Dans l'industrie hôtelière en particulier, la langue et la communication sont toujours un problème, car des gens du monde entier travaillent ici, dit-elle. Cependant, de nombreux employés auraient du mal à suivre un cours seuls. Que ce soit par manque de temps ou parce qu'ils ne se sentent pas en sécurité.

Mesdames Rey et Erni voulaient changer cela. Parce que : "pflegimuri est une très grande maison et les résidents sont toujours à la recherche de contacts avec le personnel. Ils le faisaient quel que soit le lieu de travail des travailleurs, que ce soit au restaurant "benedikt", où ils voulaient avoir une petite discussion, ou à la blanchisserie lorsqu'un résident cherchait sa chemise. Les résidents aimaient particulièrement discuter avec des "étrangers" ou parfois demander de l'aide. Il est important de se comprendre les uns les autres."
"C'est plus agréable pour les deux parties", déclare Esther Erni, qui travaille ici depuis environ onze ans.

"Renforcer la confiance en soi et le sentiment d'appartenance à un groupe"
Il est vite devenu évident que l'université populaire située à proximité (Oberes Freiamt), qui propose des cours en entreprise, assurerait le cours axé sur l'emploi. Et le cours aurait lieu pendant les heures de travail des employés et dans les locaux de pflegimuri. L'un des principaux objectifs était de réduire la peur de communiquer en allemand, explique la responsable des ressources humaines, Verena Rey. "Renforcer la confiance en soi et le sentiment d'unité, tout en mettant l'accent sur la compréhension et la discussion", ajoute la directrice de l'hôtel, Esther Erni.

"Afin de renforcer la confiance en soi des participants au cours, j'ai utilisé l'humour comme toujours", déclare l'instructrice Regula Stalder, qui a dirigé le cours d'allemand. "Je veux que les gens rient sinon je ne me sens pas bien !" Dans le groupe se trouvaient principalement des femmes ; entre autres du Portugal, de l'Italie, du Sri Lanka et du Tibet. "Tout le monde n'a pas que des souvenirs positifs de ses années d'école, alors j'ai dû d'abord leur enlever leur peur", dit Stalder. Elle a tenu à faire l'éloge du groupe. Elle a été très impressionnée par le fait qu'en plus de la famille de chacun et des emplois physiquement exigeants, les membres du groupe apprenant suivaient le cours toutes les deux semaines pendant une heure et demie et qu'ils étaient si engagés. La communication orale dans la vie de tous les jours était surtout pratiquée. Connaître l'heure et le moment de la journée, être capable de répéter des phrases comme "Pouvez-vous s'il vous plaît répéter cela ?" ou "Pouvez-vous s'il vous plaît parler plus lentement ?" faisaient partie du contenu de l'apprentissage. Après douze soirées de cours, même les moins bons élèves de la classe ont osé parler. "C'est toujours merveilleux de voir à quel point les participants sont alors fiers et heureux", déclare Regula Stalder, qui enseigne depuis 30 ans.

Bénéfices également dans la vie privée
L'un des plus grands défis était les niveaux très différents au sein de la classe, poursuit l'enseignante. "Il faut beaucoup de responsabilité personnelle. Mais ma devise est la suivante : personne ne devrait avoir à s'asseoir et à attendre en classe. Fixez-vous des tâches, aidez-vous les uns les autres. Et surtout, n'ayez pas honte", dit-elle. Verena Rey et Esther Erni sont du même avis : "Nous encourageons nos employés encore et encore : essayez ! Vous avez le droit de faire des erreurs. Cela exige une confiance énorme de leur part et nous devons continuer à le faire et à les encourager". Mais si les employés participent ensuite activement aux réunions d'équipe, comprennent mieux les formulaires du personnel et accueillent avec joie et confiance dans le couloir, alors c'est un grand avantage pour les deux parties. "Ce cours montre que nous apprécions nos employés et qu'ils sont heureux d'être soutenus", déclare Verena Rey. "Je peux très bien imaginer que nous organiserons à l'avenir des cours plus orientés vers l'emploi. Que ce soit dans le domaine de la communication ou aussi dans le secteur des technologies de l'information, qui devient de plus en plus important. L'objectif devrait toujours être que les salariés bénéficient d'une formation continue non seulement sur le plan professionnel mais aussi sur le plan privé".

 

Cours axés sur le lieu de travail - où pouvez-vous obtenir des infos ?
La priorité de financement nationale "Compétences de base sur le lieu de travail" est en vigueur depuis 2018. La Confédération apporte un soutien financier aux entreprises pour mettre en place des cours sur mesure liés à l'emploi pour les employés. Les apprenants apprennent ce qui est difficile sur le lieu de travail, par exemple, lorsqu'il s'agit de comprendre ou de rédiger des ordres, des instructions et de la documentation, des exigences informatiques ou, ce qui est de plus en plus important, de l'application des technologies directement sur le lieu de travail. Lors de l'élaboration des cours, les entreprises sont soutenues par des prestataires de formation continue, qui les mettent ensuite en œuvre sur place. Les demandes peuvent être soumises au Secrétariat d'État à l'éducation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI) au moins jusqu'en 2024. Si vous avez des questions, vous pouvez contacter directement le SEFRI à l'adresse weiterbildung@sbfi.admin.ch La fédération suisse pour la formation continue (FSEA) soutient les entreprises et les prestataires de formation continue en leur fournissant des conseils spécialisés. Pour en savoir plus : alice.ch/fr/services/go-promotion-en-situation-de-travail/

Dans l'établissement de soins "pflegimuri", de nombreuses personnes travaillent dans les domaines de la blanchisserie, du nettoyage et de la cuisine, dont la langue maternelle n'est pas l'allemand. (Photo : Jennifer Zimmermann)