Contenu principal

L'enseignement numérique dans l'aide à l'intégration : bilan de la série de webinaires SEM

  • 16.03.2021

En été 2020, la FSEA et le bureau fide ont organisé conjointement, sur mandat du Secrétariat d'État aux migrations SEM, une série de webinaires visant à soutenir les formateurs dans le domaine de l'intégration à la numérisation de leurs cours. Ces derniers mois, une première série de webinaires a été reconduite en raison de la forte demande. La co-directrice du projet, Cäcilia Märki, responsable des compétences de base à la FSEA, dresse un bilan positif.

Avec le bureau fide, vous avez organisé deux séries de webinaires pour le compte du SEM. Comment s'est déroulée cette mission ?

Cäcilia Märki : L'équipe d'intégration du SEM a vu un besoin urgent d'agir après l'interdiction brutale des cours en face à face en mars 2020 et a contacté la FSEA. En très peu de temps, nous avons convenu que l'apprentissage mobile devait être au centre des préoccupations. La coopération avec le SEM a été très bonne et c’est origanisée sur un pied d'égalité. En l'espace de 2 à 3 semaines, le mandat a été clarifié, les partenariats dans les régions ont été établis et le coup d'envoi a été donné. La volonté de mettre en place et de faire fonctionner rapidement quelque chose d'utile a été une forte motivation pour tous. Pour moi, le projet a été un vrai succès de ce point de vue également. La coopération avec le bureau fide était également essentielle. Dès le début, notre objectif était d'aligner l'apprentissage mobile sur les principes et les scénarios fides. 

Avec les webinaires, vous avez misé sur l'apprentissage mobile via un smartphone. Pourquoi ?

Les conversations avec les prestataires sur la façon dont ils ont géré la situation après le confinement de mars 2020 ont rapidement révélé que le plus petit dénominateur commun pour rester en contact et apprendre dans des conditions difficiles était le mobile. Il s'agit de l’équipement mobile auquel la majorité des participants aux cours de langue de base sont individuellement le plus susceptibles d'avoir accès. Après tout, les ordinateurs disponibles dans les familles étaient déjà occupés pour l’école à la maison. Toutefois, l'utilisation d'un téléphone portable pour l'apprentissage présente quelques difficultés. Nous avons innové avec ce projet et cela a été une motivation supplémentaire dans ce cadre.

Les smartphones peuvent-ils être utilisés pour dispenser un enseignement de même niveau que les sessions en face à face ?

Non, certainement pas un enseignement équivalent. Cependant, s'il est bien utilisé et d'une manière didactiquement sensée, le smartphone peut être un bon complément à l'enseignement en face à face. Dans la situation du Coronavirus, le smartphone a été l'accès de choix afin de continuer à fournir un accès à l'apprentissage au plus grand nombre de participants possible et d'aider les formateurs à fournir une offre didactique significative avec des technologies et des environnements d'apprentissage appropriés. Dès le départ, un autre objectif était que l'apprentissage mobile et numérique fasse partie intégrante de l'offre de cours à l'avenir. D'une part, cela aurait l'avantage d'être préparé au cas où l'enseignement en face à face ne serait pas possible, pour quelque raison que ce soit. D'autre part, elle permettrait d'utiliser la poussée de la digitalisation déclenchée par la crise du Coronavirus pour exploiter systématiquement les avantages de l'apprentissage numérique et, en même temps, rendre les participants aptes au numérique. 

Comment se sont déroulés les webinaires ? Qu'est-ce qui a marché, qu'est-ce qui n'a pas marché ?

Nous avons supposé que le public participant à ces webinaires seraient des "super utilisateurs" chez les prestataires qui pouvaient ensuite soutenir leurs collègues dans les institutions. Or, ce n'était pas le cas. De nombreux participants aux webinaires (des formateurs d’adultes) et développeurs d'offres ont été très stimulés par les webinaires. Il était également difficile pour les formateurs de ces webinaires de transmettre les bases de l'apprentissage mobile de manière aussi pratique que possible en trois fois deux heures. L'évaluation a montré que les participants auraient souhaité avoir beaucoup plus d'opportunités d'application pratique. Pour la deuxième mise en œuvre de la série de webinaires à l'automne 2020, nous avons donc axé les technologies d'apprentissage encore plus sur l'apprentissage mobile et proposé en plus des tâches de transfert avec plus de réunions d'échange. Tous deux doivent soutenir l'application pratique et le transfert dans la routine quotidienne du cours. Les réactions des participants montrent que cela a été apprécié.

Une suite à la série de webinaires est-elle prévue ? 

Non, aucune autre mise en œuvre n'est actuellement prévue. Le matériel collecté (webinaires, présentations, boîte à outils, tâches de transfert, etc.) est accessible au public sur le site de la FSEA ainsi que sur fide-info. Les travaux existants peuvent servir de base à un développement ultérieur. Je vois un grand besoin de formation complémentaire pour les compétences des formateurs numériques dans le domaine des compétences de base. Il serait très important de couvrir toutes les compétences de base. Dans le domaine du soutien linguistique, une série de webinaires sur l'apprentissage mobile en langues a été lancée. À ma connaissance, les technologies et les cadres d'apprentissage qui soutiennent systématiquement la lecture et l'écriture, les mathématiques du quotidien et l'utilisation des technologies de l'information et de la communication n'ont pas encore été systématiquement développés.

Qu'avez-vous retenu des webinaires pour votre travail de responsable des compétences de base à la FSEA ?

Les webinaires ont montré qu'il existe un grand besoin de formation complémentaire en apprentissage numérique parmi les formateurs. Les exigences imposées aux formateurs dans le domaine des compétences de base sont particulièrement élevées et, lors des webinaires, j'ai pu constater à quel point il faut s'investir pour maintenir une offre de cours pertinente dans des conditions difficiles.  

J'ai également pris conscience de l'importance du soutien technique que les formateurs doivent être en mesure de fournir pour que l'utilisation d'un outil ou d'une application avec le groupe d'apprentissage soit possible.

Pour mon travail, j'ai surtout retenu que la série de webinaires ne peut être qu'un début. 

Selon vous, que reste-t-il des cours d'intégration numérique après la pandémie ?

Je suis sûr que la poussée de la numérisation dans les institutions et chez les formateurs sera durable. Avant, la numérisation n'était qu'un mot à la mode, aujourd'hui nous savons tous ce que cela signifie d'apprendre et de travailler numériquement. Aujourd'hui, nous reconnaissons également le potentiel des technologies d'apprentissage et nous voyons où les compétences pour développer et mettre en œuvre l'apprentissage numérique pour différents groupes cibles font défaut. Les compétences nécessaires pour combler les lacunes existantes doivent maintenant être systématiquement développées. Une formation continue bien fondée pour les formateurs dans le domaine des compétences de base en fait certainement partie ! 

Interview : Irena Sgier

Vers les webinaires sur l'apprentissage mobile