Contenu principal

Les concepts de protection offrent une sécurité et créent de la confiance

  • 26.10.2020
  • créée par Ronald Schenkel

La formation continue a appris à vivre avec les mesures de protection. Elles sont même explicitement accueillies par les formateurs-trices et les participants aux cours. Mais on ne peut pas parler d'une nouvelle routine.

Le 17 mars 2020, l'interdiction de l'enseignement en face à face, également pour la formation continue, est entrée en vigueur : un jour noir. Ce n'est que le 11 mai que la situation s'est détendue et, dans un premier temps, des formations continues ont pu être organisées avec jusqu'à cinq personnes. La condition préalable était toutefois de pouvoir présenter un concept de protection répondant aux exigences de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La FSEA a soutenu la formation continue en présentant le 4 mai un concept général de protection qui pourrait servir de modèle.

Pour de nombreux prestataires de formation continue, il n'était cependant guère judicieux de reprendre l'enseignement à cette époque, d'autant plus que la distance minimale de deux mètres prescrite à l'époque n'était guère respectée : non seulement il n'y avait pas de salles offrant suffisamment d'espace, mais il était souvent peu rentable de dispenser le cours avec quatre participants seulement. Pour divers prestataires, une réduction de la distance minimale à 1 mètre 50 aurait à elle seule allégé la situation, comme l'ont montré les diverses réactions reçues par la FSEA à l'époque. Toutefois, les exigences strictes n'ont été assouplies qu'après le 8 juin. Dès lors, les règles suivantes s'appliquaient : si la distance minimale ne pouvait pas être respectée, des masques ou des cloisons de protection étaient autorisés ou les coordonnées des participants devaient être enregistrées. Aussi strictes que les exigences étaient jusqu'alors, elles sont devenues aussi souples qu'elles le sont aujourd'hui. Seules les mesures d'hygiène devaient encore être respectées. Les personnes présentant des symptômes devaient également se tenir à l'écart des leçons. Dans tous les cas, un concept de protection devait être mis en place.

La situation est prise au sérieux
Les nombreuses demandes d'interprétation de ces concepts de protection entre début mai et début juin suggèrent que la formation continue a pris le défi très au sérieux. Les "moutons noirs", qui ignorent complètement les concepts de protection et les règles d'hygiène, étaient probablement l'exception absolue, ne serait-ce que parce que les formateurs-trices et les participants aux cours étaient également de plus en plus sensibilisés. C'est ce qui ressort des réponses de six institutions que la FSEA a récemment interrogés sur la mise en œuvre des concepts de protection. Les institutions interrogées étaient des écoles du secteur de la formation professionnelle initiale et continue, des hautes écoles, des écoles supérieures spécialisées, des prestataires sectoriels et des écoles offrant une formation continue générale.

Toutes les institutions ont indiqué que l'application des concepts de protection était clairement saluée par une majorité des formateurs-trices, même si, dans certains cas, il a fallu un certain temps pour internaliser les mesures prescrites - comme les masques obligatoires. Claudia Zürcher, responsable de la politique de l'éducation du groupe Kalaidos : "Surtout lorsque les masques obligatoires sont devenus la norme dans les écoles, il nous a certainement fallu une à deux semaines pour nous assurer que tout le monde portait son masque".

Il en va de même pour les participants au cours ; ceux qui ont considéré les mesures comme disproportionnées étaient clairement minoritaires. Cependant, un certain nombre de participants aux cours se sont également tenus à l'écart des offres par crainte d'être infectés - malgré les concepts de protection et leur respect méticuleux. Le directeur Pius Knüsel s'attend à ce que le nombre de participants de l'université populaire de Zürich diminue d'environ 15 %.

Ajustements fréquents
La plupart des prestataires ont élaboré leurs concepts de protection entre la fin avril et début juin. Dans de nombreux cas, ils se sont basés sur le cahier des charges de la FSEA, et dans quelques cas, ils se sont adressés directement à l'OFSP. Avant le 8 juin, certains prestataires étaient offensés par l'inégalité de traitement des secteurs, par exemple entre la formation continue et la restauration en ce qui concerne l'utilisation des cloisons. Cependant, certains responsables de la formation continue de l'époque ont mis en garde contre un abandon trop rapide de la distance de deux mètres et sont restés sceptiques quant à l'assouplissement des règles jusqu'au 8 juin. Comme il est indiqué d'un commun accord, les institutions ont procédé à des ajustements permanents et immédiats de leurs concepts de protection.

Cependant, avec la fin de la situation extraordinaire le 19 juin et le retour des cantons à la responsabilité de l'adoption des mesures, la situation a encore changé pour diverses institutions. Pour les institutions opérant notamment au niveau intercantonal, le défi consistait à adapter le concept de protection aux réglementations cantonales en fonction du lieu. L'adaptation des concepts de protection était facile à l'époque où la Confédération fixait des directives nationales pour tous les cantons, écrit Claudia Zürcher du groupe d'éducation Kalaidos. "Lorsque nous avons reçu des spécifications différentes d'un canton à l'autre, l'élaboration du concept de protection uniforme de nos sites est devenue plus compliquée".

Le plus gros problème : les salles
Comme le montrent tous les retours d'information, le plus grand défi pour les institutions a été de trouver des salles de cours adaptées, c'est-à-dire suffisamment grandes. Certaines manifestations de groupe ne peuvent plus du tout être organisées en raison des règles de distance. Dans d'autres cas, il a fallu trouver des salles de cours plus grandes pour le même nombre de participants ou partager les classes. Cela a entraîné non seulement une augmentation des coûts de locaux et de personnel, mais aussi un effort d'organisation supplémentaire et des tâches de gestion plus complexes.

Bien que l'introduction de masques obligatoires ait atténué le problème de l'espace, elle a créé de nouveaux problèmes, comme l'ont signalé les différentes institutions. Par exemple, les formateurs-trices trouvent très désagréable de porter des masques pendant les cours d'une journée. Cela a entraîné le mécontentement des professeurs, écrit une université.  

Malgré des attitudes fondamentalement positives à l'égard des mesures de protection, leurs conséquences ne sont pas ignorées. Il faut s'y habituer et dans le travail quotidien, il n'est pas si facile de les respecter. Les règles de distance, les cloisons, les masques - tout cela entrave les relations interpersonnelles. C'est une partie essentielle de l'expérience de nombreuses formations. Pius Knüsel, de l'université populaire de Zurich, rapporte que la réduction des échanges interpersonnels a mis la pression sur l'ambiance.

"Ne deviendra jamais une routine"

On semble s'être habitué à beaucoup de choses entre-temps. Mais presque personne ne veut parler d'une nouvelle routine. "Vivre avec un virus ne peut pas et ne pourra jamais devenir une routine, et nous vivons constamment en état d'urgence", comme le décrit Giuliana Tedesco, directrice adjointe de l'ECAP. Pius Knüsel, de l'université populaire de Zurich, estime en revanche qu'il y a une routine - il n'y a pas besoin de beaucoup de discussions. Mais elle a une limite : "Cette routine prend du temps. La mise à niveau technologique est un point de friction".

La nouvelle augmentation du nombre de cas d'infection fait que beaucoup de responsables d'institution s'inquiètent de règles plus strictes et même d'un confinement. Parfois, le "Contact tracing" (tracking des contacts) est également critiqué ; ils ne fonctionne pas et ignore la formation continue. Même s'il y a eu des cas isolés de Coronavirus dans des écoles individuelles, la formation continue semble avoir été épargnée jusqu'à présent par des contagions majeures. Au moins, aucun des prestataires de formation interrogés n'a fait état d'une quarantaine ordonnée pour une classe ou même pour l'école. La crainte de cette situation est néanmoins présente. C'est pourquoi la directrice adjointe de l'ECAP, Giuliana Tedesco, met en garde contre les conséquences de la fermeture de centres de formation entiers. Son message devrait être valable pour l'ensemble du secteur : "Sous-estimer les conséquences de la contagion covidienne peut avoir des conséquences dramatiques". Le plan de protection restera donc en vigueur indéfiniment.

(Image : Pixabay)