Contenu principal

L'orientation de carrière au niveau cantonal atteint trop peu d'adultes

  • 18.09.2019

L'orientation professionnelle, universitaire et de carrière (OPUC) joue un rôle important dans le processus stratégique « Formation professionnelle 2030 ». Une nouvelle étude a mis en lumière le besoin de développer les offices d'orientation professionnelle et pointe particulièrement sur les insuffisances dans le domaine de l'orientation de carrière des adultes.

Le Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI) et la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP) veulent élaborer une stratégie nationale orientée vers l'avenir pour l'OPUC dans le cadre de la « Formation professionnelle 2030 ». Le rapport sur la vision d'avenir de l'OPUC, publié en 2018, constitue la première étape. Un des objectifs de cette stratégie est de rendre l'OPUC plus efficace et mieux connue du public afin d'aider plus d'adultes à obtenir un diplôme professionnel, à reprendre leur carrière ou à se réorienter professionnellement.

La publication de l'étude Besoins des services cantonaux d’orientation professionnelle, universitaire et de carrière (OPUC) en matière de développement et de coordination en septembre 2019 marque l'étape suivante. L'étude fait le point sur l’état actuel des services cantonaux OPUC et le compare aux caractéristiques clés définies dans le rapport de 2018. Il ressort de cette comparaison que l'offre actuelle s'oriente encore trop vers les adolescents et ne soutient pas assez l'orientation de carrière active chez les adultes.  Par conséquent, il existe peu d'expériences et de concepts dans ce domaine.

Un tiers de la population connaît l'existence de l'orientation de carrière pour adultes, mais seulement 5% y a recours. L'étude montre que les personnes qui souhaitent changer leur situation professionnelle s'informent de manière autonome sur Internet ou s'adressent directement à l'employeur ou aux instituts de formation plutôt que d'aller voir un conseiller d'orientation professionnelle. Il ressort que les coûts éventuels engendrés par un conseil d'orientation ne jouent pas un grand rôle dans ce comportement.

L'étude recommande, par conséquent, de clarifier la compréhension que l’OPUC a d’elle-même afin de faire en sorte que le conseil aux adultes soit renforcé et par conséquent développé. La FSEA soutient ces recommandations conformément aux mesures urgentes énoncées au sujet de la vision « Formation professionnelle 2030 ». (PhS)

Vers l'étude : Besoins des services cantonaux d’orientation professionnelle, universitaire et de carrière (OPUC) en matière de développement et de coordination

Le conseil est également la thématique centrale de l'étude sur la formation continue de cette année qui sera publiée fin 2019. L'étude se focalise sur les conseils fournis directement par les institutions de formation continue plutôt que sur les prestations des services publics d'orientation.

Seulement 5% de la population adulte a recours aux offres d'orientation de carrière (Image: Pexels).