Contenu principal

Relancer la machine de la formation de rattrapage des adultes

  • 09.01.2020

En Suisse, le système de formation duale continue à être un succès exemplaire. La formation professionnelle de base est cependant totalement conçue pour les jeunes. De nos jours, la révolution numérique, le vieillissement de la population et le manque de main-d’œuvre spécialisée remettent en question ce système.

Ronald Schenkel

Nous faisons face à un véritable chamboulement du marché du travail. Selon diverses études, comme celles de
McKinseyhttps://alice.ch/fr/rester-informe/newsroom/detail/la-transformation-du-numerique-exige-un-engagement-plus-ferme-a-legard-de-la-formation-continue/ ou Avenir Suisse, une grande partie des emplois vont disparaître. En revanche, d’autres emplois vont se créer. Les personnes actives dont les emplois requièrent seulement de simples compétences cognitives, physiques ou manuelles doivent s’attendre à la disparition de leur poste. À l’inverse, dans les domaines où des compétences sociales, émotionnelles et technologiques sont nécessaires, la demande va augmenter. De plus, des métiers existants vont évoluer ou même disparaître alors que d’autres vont apparaître, auxquels personne n’avait pensé jusqu’ici.

Qualification

Les adultes en activité vont être confrontés toute leur vie à une insécurité de l’emploi comme cela n’a encore jamais été le cas dans un passé récent. Pour les actifs non diplômés ou munis d’un diplôme obsolète, une qualification professionnelle est la seule chance de rester attractifs sur le marché de l’emploi.

Dans leur vision « Formation Professionnelle 2030 » lancée dès 2016 et dont le principe directeur a été adopté l’an dernier, la confédération, les cantons et les organisations du monde du travail reprennent l’idée essentielle : il faut se concentrer clairement sur les adultes. La formation professionnelle doit permettre aussi aux adultes munis ou non d’un diplôme, de se (re-)qualifier en obtenant un premier ou un nouveau diplôme professionnel.

L'offre adaptée aux adultes est insuffisante

C’est plus vite dit que fait. L’offre actuelle s’adressant aux adultes, en passant par une formation normale ou accélérée pour obtenir un diplôme professionnel, n’est pas, dans la plupart des branches, orientée vers les besoins spécifiques des adultes.

Dans la plupart des professions et des régions, il manque des formations préparant directement l’accès au diplôme final. Les adultes ont besoin d’un système souple qui leur permet de se former de manière autonome. En effet, apprendre n’est pas leur seule préoccupation. 75 % des adultes sans diplôme professionnel ont un travail, peut-être une famille, dépendent d’un revenu régulier et n’ont que peu de temps à leur disposition. De plus, certains aspects nécessaires à la formation des jeunes ne leur sont plus utiles. Ils sont déjà passés par la phase de socialisation indispensable à la vie active. On peut espérer que leur identité s’est affirmée. Ce qu’il faut aux adultes, ce sont des compétences spécifiques qu’ils peuvent acquérir selon leurs besoins.

La formation continue comme modèle

Un système de formation professionnelle pour adultes doit donc s’inspirer du principe de la formation continue plutôt que de celui de la formation initiale pour les jeunes. Cela ne va pas sans compromis de l’association professionnelle cantonale qui doit repenser complètement les processus de qualification. Par ailleurs, il est évident qu’il faut élaborer un système de financement permettant aux adultes ne disposant pas des ressources nécessaires, d’avoir accès à une formation.

En janvier 2018, les cantons ont franchi le premier pas. Ils ont décidé d’assumer les frais directs – frais d’écoles professionnelles, frais des cours en entreprises, frais du processus de qualification et frais de conseils. La question des frais indirects reste pour l’instant sans solution, cela concerne principalement l’absence de salaire pendant la formation. Des fonds particuliers des branches respectives et des conventions collectives de travail offrent une possibilité de financement. Ces ressources ne sont pas suffisamment utilisées pour la formation des adultes.

Les signaux sont au vert mais le train doit encore se mettre en marche pour parvenir à la requalification des adultes.

Cet article a été publié dans la Handelszeitung le 21. Novembre 2019.

Pour en savoir plus : EP sur le thème de la formation professionnelle

La formation professionnelle des adultes a besoin d'un nouvel élan (Image Pixabay)