Contenu principal

La Suisse - un paradis de la formation continue encore imparfait

  • 19.01.2018

Du point de vue de pays comme le Nigeria, l'Inde et l'Afghanistan, la Suisse est un paradis en matière de formation continue, notamment en raison du cadre juridique. Cependant, le paradis est loin d'être parfait et le plan d'action de l'UNESCO pour le développement de la formation continue est également justifié pour nous.

Par Bernhard Grämiger

Fin octobre, la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'éducation permanente s'est tenue à Suwon (Corée du Sud). La Conférence a examiné la mise en œuvre du cadre d'action adopté par les États membres de l'UNESCO au Brésil en 2009. Le plan d'action fixe des objectifs globaux pour le développement de la formation continue et lie les 144 Etats participants, dont la Suisse.

Les domaines d'action dans lesquels les objectifs sont définis comprennent le financement, la promotion de la participation à la formation continue, la qualité, la promotion des compétences de base et la gouvernance. La FSEA a pu représenter la société civile à la conférence en tant que membre de la délégation officielle suisse.


Autres dimensions - mêmes défis

Mais les problèmes sont-ils comparables dans les différents pays? Pouvons-nous formuler des exigences globales? Dans l'atelier sur les compétences de base, le scepticisme semble d'abord confirmé. Le représentant du Nigéria signale que plus de 60 millions d'adultes dans son pays sont incapables de lire et d'écrire. Le représentant de l'Inde cite un chiffre bien supérieur à 100 millions.

Dans les pays en développement, le problème du manque de compétences de base a une dimension tout à fait différente de celle de la Suisse. Pour le moment, il s'agit de 800 000 adultes. Cependant, bien que les dimensions varient considérablement, la promotion des compétences de base au Nigéria et dans les régions rurales de Suisse se heurte aux mêmes difficultés.

Dans certains cantons, il manque encore une structure de financement bien développée dans le domaine des compétences de base avec des offres spécifiques pour les adultes: comme au Nigeria. Une stratégie claire pour accroître la participation est également vaine: tout comme au Nigeria.

Cependant, l'avantage évident de la Suisse réside dans le fait que les conditions préalables au changement de la situation sont réunies dans ce pays. Bien que le Nigéria lutte encore pour la reconnaissance du problème malgré ses dimensions énormes, la Suisse dispose depuis plus d'un an déjà d'une base juridique adéquate sous la forme de la loi sur l'éducation et la formation continue ("loi sur la formation professionnelle") pour relever les défis de manière ciblée.


La Loi sur la formation continue comme pratique exemplaire

Les délégations d'autres pays sont pleinement conscientes de cet avantage, comme l' a clairement souligné la délégation suisse lors de la présentation de la LFCo. Une représentante afghane s'est même laissée séduire en déclarant: "La Suisse est le paradis!"

D'un point de vue international, la loi fait office de pratique exemplaire. Elle classe la formation continue comme faisant partie du système éducatif, or dans la plupart des pays (également européens) elle lui donne ainsi un statut de pure fantaisie. Les principes établis par la loi, tels que l'égalité des chances et l'assurance qualité ainsi que la coopération dans des structures fédérales clairement définies, peuvent être considérés comme allant de soi. Au niveau international, ce n'est pas du tout le cas.


Ne pas se pencher en arrière!

Mais comme l'ont montré les échanges à la conférence et la première année de mise en œuvre de la LFCo, nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers. La loi forme une base. Si l'on examine les objectifs du plan d'action de l'UNESCO et la déclaration finale de la conférence, on constate que la Suisse est confrontée à de nombreux défis.

Notamment par rapport aux pays de référence en Europe, l'amélioration de l'accès à la formation continue reste un enjeu majeur. La participation à la formation continue en Suisse est beaucoup trop dépendante de facteurs socio-économiques. Les chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS) le confirment une fois de plus. La Suisse a besoin d'une stratégie intégrée et suffisamment financée pour réduire durablement les disparités existantes en matière de participation. Nous pouvons tirer les leçons des pays nordiques, qui s'attaquent à ce problème depuis plusieurs années.
Les dimensions en termes de compétences de base (y compris les compétences TIC) peuvent être très différentes en Inde et en Suisse. Néanmoins, les défis sont similaires. (Photo: Pixabay)


Conférence suisse sur CONFINTEA

Le Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI), la Conférence intercantonale sur l'éducation permanente (ICW) et la FSEA organiseront prochainement une conférence pour discuter de la mise en œuvre des objectifs de CONFINTEA VI au niveau national. La FSEA fournira des informations spéciales à ce sujet.

Les dimensions en termes de compétences de base (y compris les compétences TIC) peuvent être très différentes en Inde et en Suisse. Cependant, les défis sont similaires. (Image: Pixabay)

Schweizer Konferenz zu CONFINTEA

Das Staatssekretariat für Bildung, Forschung und Innovation (SBFI), die interkantonale Konferenz für Weiterbildung (IKW) und der SVEB werden demächst eine Konferenz organisieren, an der Umsetzung der Ziele von CONFINTEA VI auf nationaler Ebene diskutiert werden. Der SVEB wird dazu speziell informieren.

Suwon-Osan CONFINTEA VI Mid-Term Review Statement

Der Folgeprozess von CONFINTEA VI und seine Reihe von regionalen und subregionalen Konferenzen haben dazu beigetragen, die Position der Erwachsenenbildung innerhalb der Bildungsagenda der Mitgliedstaaten zu stärken. Dies halten die Vertreterinnen und Vertreter der Mitgliedsorganisationen in ihrem Statement zur CONFINTEA VI Mid Term Review im südkoreanischen Suwon vom 25. bis 27. Oktober 2017 fest. Anhand von fünf im Belém Framework for Action (BFA) definierten Handlungsfelder könnten substantielle Erfolge in den Regionen identifiziert werden.

Beispielsweise hätten sich mehr Länder für eine Erwachsenenbildungs-Politik entschieden, neue Partnerschaften zwischen den Akteuren auf nationaler und subnationaler Ebene gegründet, einige Ländern verpflichteten sich zur Aufstockung der Mittel, die Beteiligung an der Erwachsenenbildung nehme langsam zu und es seien nützliche Instrumente zur Verbesserung der Qualität der Erwachsenenbildung geschaffen worden.

Dennoch würden eine Reihe von Herausforderungen bestehen bleiben, so das Statement. Dazu gehören das Fehlen einer angemessenen Politik und Gesetze zugunsten der Erwachsenenbildung.

Suwon-Osan CONFINTEA VI Mid-Term Review Statement