Contenu principal

« Axer les mathématiques sur les besoins de tous les jours »

  • 15.07.2019

Quelle est l'influence des technologies numériques sur l'apprentissage en mathématiques des adultes ? C'est une des questions qui sera étudiée par des experts et chercheurs le week-end prochain, lors de la 26ème édition d'Adults Learning Mathematics Conference ALM26. La FSEA sera représentée par Martina Fleischli.

Entretien de Flavian Cajacob.

Martina Fleischli, qu'attendez-vous de cette édition d'ALM ?
Martina Fleischli : L'objectif principal de ce forum est de présenter les dernières connaissances en matière de recherches dans le domaine de la formation en mathématiques et d'en discuter lors de la conférence. Personnellement, j'espère y trouver des pistes de réflexion et des nouveaux moyens pour promouvoir efficacement les mathématiques de tous les jours. Les pays nordiques et notamment la Suède, sont les leaders lorsqu'il s'agit de la place de la formation continue dans la société, de la promotion par l'État de la formation des adultes ainsi que de l'importance de l'apprentissage individualisé. C'est pourquoi j'attends des résultats concrets de cette conférence.

Nouvelles pistes de réflexion
ALM correspond à Adults Learning Mathematics. Ce forum, fondé en 1992, organise une conférence annuelle dont le but est que les personnalités du domaine de la recherche sur la formation en mathématiques, de la politique et les personnes impliquées dans le transfert des connaissances pratiques puissent se rencontrer et réseauter, afin de dégager de nouvelles pistes de réflexion. ALM26 aura lieu à Lund, en Suède du 7 au 10 juillet. Le site alm-online.net publie régulièrement des rapports sur la conférence et les nouvelles connaissances en matière de recherche dans le domaine de la formation en mathématiques.
www.alm-online.net


Par rapport à la promotion de la langue, la promotion des mathématiques n'arrive ici qu'en deuxième, ou même troisième position dans le formation continue. Cette estimation est-elle correcte ?
En simplifiant beaucoup, oui, on pourrait dire cela. Il existe bien des prestataires de cours, mais l'offre est en retard par rapport à l'évolution actuelle en termes de mise en œuvre numérique. La prise de conscience sur ce sujet n'est pas assez développée dans la société, ni dans la sphère politique. Une chose est claire, il est primordial d'orienter la formation des adultes en mathématiques vers les besoins de tous les jours et non sur un niveau théorique.

Que voulez-vous dire concrètement ?
Apprendre à calculer dans le contexte du métier exercé. Imaginez-vous que vous travaillez à l'hôpital et que vous devez calculer la quantité de médicament par rapport au poids du patient. Ou alors, que vous devez aller à un entretien d'embauche à telle heure, et que vous devez calculer quand vous devez quitter la maison pour arriver à l'heure à votre rendez-vous. Ce sont des exemples simples. Pour quelqu'un qui maîtrise ce type de situations au quotidien, cela peut paraître difficile à imaginer que quelqu'un ne puisse pas résoudre ce type de problèmes. Pour quelqu'un ne possédant pas les connaissances en mathématiques suffisantes, ces situations représentent de terribles obstacles qui semblent infranchissables ou peuvent être une source d'embarras extrême.

Les mathématiques de tous les jours comme moyen d'intégration ?
La solidité des connaissances en mathématiques est liée au bagage culturel. Mais pas seulement. Je pense qu'on se rappelle tous de camarades de classe qui peinaient à faire leurs devoirs de calculs s'ils arrivaient à les faire. Cela n'a souvent rien à voir avec l'intelligence mais avec la capacité de transmettre les connaissances et respectivement pour le destinataire, à sa capacité de les recevoir.

Et la transformation numérique, est-elle un moyen pour sortir de cette situation ?
Les nouvelles possibilités technologiques transforment fondamentalement l'apprentissage. Nous l'avons vu dans d'autres domaines. La conférence se penchera moins sur la matière à enseigner en mathématiques que sur la façon de le faire. Il s'agira plutôt de comment faire passer les connaissances dans le futur, c'est à dire quels sont les moyens et les chemins pour y parvenir. Personnellement, je considère que les aspects sociaux et psychologiques doivent être mis au premier plan. Les mathématiques doivent être enseignées comme un outil qui fait du sens et qui est utile.

Plus d'informations suivront de la part de Martina Fleischli suite à cette conférence.

Martina Fleischli rend compte pour la FSEA de la 26e Conférence sur l'apprentissage des mathématiques chez les adultes "ALM26" en Suède.