Contenu principal

Étude actuelle sur l'activité de conseil dans la formation continue

  • 27.05.2020

L'activité de conseil est importante. Personne ne le conteste, surtout dans le domaine de la formation continue avec ses innombrables offres et diplômes. Si on analyse les différentes formes que peut prendre le conseil, il est aussi polyvalent, vaste et différencié que la formation continue elle-même. Cette étude présente pour la première fois des chiffres sur ce domaine.

L'étude sur la formation continue est réalisée par la FSEA en collaboration avec la Haute école pédagogique de Zurich (PH), sous la forme d'une enquête périodique auprès prestataires de formation continue en Suisse. L'édition actuelle analyse les résultats d'une enquête en ligne menée auprès de 383 prestataires de formation continue de toutes les régions linguistiques. L'accent a été mis sur le thème du conseil.

Tout comme la formation continue suisse elle-même, le conseil dans ce domaine est très hétérogène : il va de la réponse à des demandes téléphoniques de courte durée au soutien et à la planification de carrière à plus long terme. Afin de rendre ces différents services tangibles pour l'étude, trois formes de conseil ont été différenciées : Le conseil en information et en offre, qui se concentre sur les services offerts par sa propre institution, le conseil en apprentissage, qui a lieu dans le cadre de cours continus, et le conseil en formation, qui va au-delà de ses propres services et concerne principalement les questions de développement et d'orientation professionnels et personnels.

Version complète

Version abrégée

Un thème central

Cette classification permet à l'étude de montrer quels sont les services de conseil les plus fréquents, comment ils sont réalisés et quels sont les employés concernés. Cette vue détaillée s'accompagne d'une étude qui montre que, dans l'ensemble, le conseil est un domaine d'action très pertinent pour les prestataires de formation continue : seuls six des 383 prestataires interrogés ne fournissent pas de services de conseil. Et l'importance que les prestataires de formation continue accordent au conseil n'est pas seulement très élevée, elle est aussi parfois centrale pour la réussite des entreprises.

Cette pertinence se reflète également dans l'effort qui y est consacré : Environ un cinquième de la charge de travail de l'ensemble du personnel de formation continue est absorbée par la consultation. L'ampleur de ce travail varie selon la catégorie de personnel, mais représente toujours plus de 15 % de la charge de travail, qu’il s’agisse de l'administration, des prestataires de cours ou des cadres responsables. Ce résultat démontre non seulement clairement une fois de plus l'importance du conseil en tant que domaine d'activité de la formation continue, mais il peut également être lu comme un véritable vote en faveur de l'intégration des compétences correspondantes en matière de conseil dans la qualification de l'ensemble du personnel.

Potentiel de conflit dans le conseil en formation

Du point de vue des prestataires, ces compétences sont actuellement disponibles. Toutefois, dans le domaine de la formation en particulier, il est difficile d'évaluer, de l'extérieur, dans quelle mesure les qualifications et compétences existantes sont réellement adéquates. En effet, orienter et conseiller exigent non seulement des connaissances spécialisées en matière d'enseignement et de formation professionnelle, mais aussi des compétences approfondies pour identifier les parcours éducatifs individuels et accompagner les personnes en cours de route. Alors que le conseil à la formation a des exigences très spécifiques en matière de qualifications, l'étude montre qu'il existe une demande assez forte en matière de formation continue, notamment en ce qui concerne les connaissances sur le système de formation continue et ses certifications nombreuses et variées.

Le conseil cache un autre point de conflit : avec ses prestations de conseil, la formation continue devient un point central de l'orientation professionnelle, d'études et de carrière - même si elle n'a guère touché les adultes jusqu'à présent, comme l'a montré une étude de 2019. Bien que cette situation crée de nouvelles opportunités pour les adultes, elle n'est pas sans poser de problèmes : en effet, cela pourrait bien conduire, chez les prestataires privés, à des conflits d'intérêts entre la neutralité des conseils et les propres intérêts commerciaux. Il sera donc nécessaire à la fois de maintenir la diversité des services de conseil dans ce domaine et de renforcer le conseil indépendant et public pour les adultes.

En savoir plus :

Un résultat assez surprenant de l'étude, qui contraste avec la place importante qu'occupe le conseil, est que les services de conseil fournis par les prestataires de formation continue ne sont presque jamais documentés et sont encore moins souvent payants. Cette observation coïncide avec l'évaluation des prestataires eux-mêmes, selon laquelle les services de conseil en formation continue constituent rarement une source directe de revenus, mais gagnent plutôt en pertinence grâce à l'acquisition et à la fidélisation de la clientèle ainsi qu'à leur positionnement en tant que prestataires. Cependant, le fait que les services ne soient pas enregistrés au niveau de l'organisation pourrait bien être un défi lorsqu'il sera question de les professionnaliser.

Données structurelles du marché de la formation continue

A côté des questions thématiques, l'étude sur la formation continue recense également des chiffres clés sur le marché de la formation continue. L’échantillon étudié correspond en termes de région linguistique, de financement, et de taille, à la représentation du domaine de la formation continue. La majorité des prestataires interrogés sont des entreprises privées : 58 % sont des entreprises commerciales privées, 25 % des entreprises privées à but lucratif et 17 % des prestataires publics. Un peu moins de la moitié des institutions peuvent être classées comme petits prestataires sur la base de leur personnel, de leur taux d'occupation et de leurs heures de cours. 45 % sont de taille moyenne et 8 % sont de grands prestataires.