Contenu principal

La numérisation dans la formation continue : L'avis des formateurs

  • 22.10.2018

Les formateurs ne se contentent pas de tweeter et de partager. Selon une nouvelle enquête menée auprès de toutes les personnes ayant acquis la qualification de "formateur" depuis 2009, une grande partie de ceux-ci sont également intéressés par le développement de services numériques et des compétences en programmation.

Il y a un an, les établissements ont eu leur mot à dire dans l'étude de la FSEA et de la Haute école pédagogique de Zurich (PHZH) sur la formation continue. Plus de 300 institutions, départements et indépendants ont donné leur avis sur l'influence et l'impact de la numérisation sur la formation des adultes. Cette année, les formateurs ont été invités à participer et ils ont répondu à l'appel : au total, 1 325 diplômés de la qualification de "formateur" (brevet) ont participé à une enquête, donnant ainsi une image représentative de ce groupe professionnel.

Les premiers résultats permettent de comparer les opinions des institutions et des formateurs, mais incluent également de nouvelles questions qui n'ont pas encore été prises en compte dans l'étude sur la formation continue. Un aspect qui inclut à la fois la comparaison et l'innovation est la question des compétences numériques nécessaires.

Aujourd'hui, seuls quelques formateurs ont besoin de connaissances en programmation, mais nombreux sont ceux qui estiment qu'une formation complémentaire est nécessaire dans ce domaine. (Image : Pixabay)
Avis différencié sur les compétences numériques

Il y a déjà un an, les institutions étaient en mesure d'indiquer quelles compétences numériques un enseignant en formation des adultes devrait apporter avec lui aujourd'hui (voir figure 1 en allemand). Les titulaires de qualifications professionnelles ont été invités à indiquer lesquelles de ces compétences ils considéraient comme importantes pour leur travail et de quelle manière (voir figure 2 en allemand). Les résultats montrent une pondération similaire mais plus différenciée. On constate que les organisations sous-estiment l'importance de certaines compétences pour le travail des formateurs. Cela inclut, entre autres, la connaissance des nouveaux développements techniques en matière de numérisation et les compétences en production vidéo. Par rapport aux institutions, une plus grande proportion des formateurs ont besoin d'applications numériques pratiques telles que le développement d'offres en ligne, la création de vidéos ou des compétences en programmation. Dans le même temps, cependant, une proportion plus élevée de formateurs que d'institutions indiquent qu'ils n'ont pas du tout besoin de certaines de ces compétences.


En outre, des compétences supplémentaires ont été demandées dans la nouvelle étude (figure 2, sous la ligne de démarcation, en allemand). D'une part, elles confirment que des applications numériques pratiques sont absolument nécessaires pour de nombreux formateurs (outils et plateformes d'apprentissage numériques). Les questions de la protection des données et du droit d'auteur s'avèrent également très importantes ; ce domaine de compétence n'a pas été couvert dans l'enquête auprès des organisations.

Besoin élevé de formation continue

En ce qui concerne ces compétences, on a également demandé aux formateurs où ils avaient eux-mêmes des besoins de formation complémentaire. En général, les besoins sont relativement élevés dans presque tous les domaines. Seules les compétences de base en TIC et en médias sociaux semblent être relativement bien couvertes. Il est frappant de constater que les nouveaux développements techniques et le développement des offres en ligne, en particulier, nécessitent un niveau élevé de formation continue. Les formateurs manifestent également un grand intérêt pour les applications techniques, leur développement et même leur programmation. Ainsi, par rapport au nombre de personnes qui considèrent déjà que c'est absolument nécessaire, de nombreuses personnes sont intéressées par une formation continue dans le développement et l'utilisation des formats de microformation. (PhS)