Contenu principal

Brainstorming sur l’avenir de la formation continue : Think Tank TRANSIT

  • 16.10.2019

Cet événement fait suite au Think Tank TRANSIT organisé par la FSEA à Zurich. Venus de toute la Romandie, les nombreux participants se sont focalisés dans les discussions, par ailleurs animées, sur ce qui est important pour la formation continue des adultes au cours des 10 prochaines années. Trois dimensions ont été abordées :

Innovation pédagogique
Classes inversées, enseignement à distance, intégration de nouvelles technologies d’apprentissage, feedback instantané… autant de pratiques dans la formation continue qui bouleversent le domaine de la formation continue. Les cours se consomment-ils plus vite, avec moins de profondeur ? Comment s’assurer que les innovations pédagogiques apportent une plus-value aux apprenants ? 

Un point clé ressorti de ces discussions autour du thème « apprendre, comment apprendre et comment apprendre à apprendre », est le sens personnel qu’on attribue à l’apprentissage ; est-ce plus motivant de devoir apprendre pour sauvegarder son poste de travail (motivation extrinsèque) quelle que soit la pédagogie, ou de vouloir apprendre de nouvelles compétences (motivation intrinsèque) ? Que l’on soit encore actif professionnellement ou pas, la communauté de la formation continue doit inclure tout un chacun et l’apprentissage doit fournir à la fois sens et objectifs de formation.

Dimension politique
L’économie privée est le principal soutien de la formation continue, avec quelque 1.6 milliards de francs distribué chaque année. La Suisse souhaite être leader dans l’innovation et la productivité ; dès lors, quelles sont les dimensions politiques à aborder et que faut-il mettre en place pour assurer à tout un chacun la possibilité de suivre des formations continues tout au long de la vie ? Quels leviers peut-on imaginer pour améliorer la politique globale de formation continue en Suisse ? 

Parmi les idées évoquées sous cette thématique, la nécessité d’avoir plus d'information à l'intention des entreprises sur la façon d'optimiser le financement de l'Etat et de simplifier les voies d'accès au soutien financier a été mise en évidence. Effectivement, bien qu’il y ait divers moyens d’accéder aux financements de la formation continue, les chemins sont multiples et mystérieux pour la plupart des personnes et des entreprises. Les autorités fédérales, cantonales et communales doivent travailler à rendre cet accès à l’information plus simple et nettement plus transparent.  

Impact des changements structurels et économiques
La numérisation et la « révolution 4.0 » accélèrent le changement dans le monde de l’emploi et dans la société, déjà fragilisés par les effets du vieillissement de la population et de la concurrence internationale. Comment faire évoluer la formation continue avec ces changements et toujours offrir des prestations de qualité ? Quels éléments de changement doivent être pris en compte ou pas ? 

Il y a eu un consensus sur le fait que tout le monde doit apprendre, tout au long de la vie. Ce point de vue largement partagé aujourd’hui résonne avec par exemple le patron d’Adecco, Alain Dehaze, lorsqu’il s’exprime ainsi dans la presse : « On perd 40% de nos compétences tous les trois ans. En dix ans, si on ne fait rien, on devient obsolète ! » (Journal Le Temps, Lundi 19 août 2019).

Alors que le monde se complexifie, il serait peut-être opportun de réunir un groupe interdisciplinaire et intersectoriel focalisé sur les différents aspects de la formation tout au long de la vie ; le manque d’information transparente accessible à tous, des formations inadaptées aux temps modernes, des formateurs et des formatrices en retard sur les technologies ainsi que des outils pour encourager les travailleurs les moins qualifiés à se requalifier ou poursuivre des formations, tout ceci faisaient partie des discussions.

 

Au final, ce dont le secteur de la formation continue a vraiment besoin : « Une vision de la formation continue pour tous, qui inclut des ressources, telles que du temps et de l’argent, ressources qui apportent le plus d’impact ». La question a été soulevée si l’on devrait demander aux formateurs et formatrices d’adultes eux-mêmes de se requalifier et d’acquérir de nouvelles compétences régulièrement, pour que les enseignements et les apprentissages soient à jour et appropriés pour un monde en perpétuelle évolution. Car il apparaît clairement qu’à l’avenir, nous parlerons davantage de compétences que de professions.

TRANSIT est une initiative nationale de la FSEA. Cet événement a été organisé en collaboration avec  digitalswitzerland.

Vers la page du Think Tank TRANSIT.

Vers la page FSEA correspondante pour plus d'informations.

Et vous, comment percevez-vous le futur de la formation continue? (Image : Pixabay)