Contenu principal

La participation à la formation continue reste inégale

  • 30.10.2017

L'office fédéral de la statistique (OFS) a publié fin octobre les nouveaux chiffres sur la formation continue en Suisse. Ceux-ci révèlent comment la formation continue s'est développée sur les thèmes de la participation, du type et des thèmes de formation. Par rapport à la dernière enquête de 2011, on observe que la formation continue gagne lentement mais sûrement en importance.

Philipp Schüepp

Le micro-recensement de la formation et la formation continue est effectué et évalué tous les cinq ans par l'OFS qui mène son enquête par téléphone. Durant ce recensement est analysé le comportement de la population suisse âgée entre 15 et 75 ans envers la formation continue.

Les premiers résultats permettent de jeter un coup d'oeil, à côté des tendances générales, sur la participation des différents publics-cibles et sur l'intensité de l'utilisation des offres de formation continue. On observe à côté de cela les raisons des avantages à suivre une formation continue, quels thèmes se retrouvent au premier plan et à quel point l'employeur s'investit dans les dépenses financières et de temps.

 

La formation continue grandit de façon inéquitable 

62% de la population résidente âgée entre 15 et 75 ans ont pris part à une activité de formation continue en 2016. Cela correspond à une augmentation de 5% par rapport à 2011. Pour la population active âgée entre 25 et 64 ans, ce pourcentage augmente à 72%. Ici aussi on observe une augmentation de 5% par rapport aux valeurs d'il y a cinq ans.

Cette hausse reste moins marquée qu'entre 2006 et 2011, où l'augmentation était de plus de 15%. La participation à la formation continue en Suisse a augmenté, oui, mais la progression en elle-même semble stagner. 

La participation actuelle se différencie très peu au niveau du genre, contrairement au niveau des facteurs socio-économiques et des tranches d'âge qui affichent de grandes disparités. La tranche d'âge entre 25 et 34 ans ont la participation la plus élevée à la formation continue, puis cela décroît tendanciellement. Dès 65 ans, le taux redescend à 32%.

Le niveau de formation et l'activité professionnelle influencent également ce quota de manière visible. Pendant que 81% des personnes avec un diplôme tertiaire ont suivi une formation continue, le taux redescend à 58% pour les personnes avec un diplôme de niveau secondaire. Entre les personnes actives et les personnes au chômage, on observe 14 points de pourcentage de différence.

 

De grandes différences selon le niveau de formation

La différence selon le niveau de formation est également pertinente, lorsqu'on observe la durée et le nombre des prestations de formation continue suivie. Pour toutes les personnes interrogées qui ont participé à une activité de formation continue, les mesures de formation courtes (moins de 8 heures) prédominent avec seulement une formation continue par an (40%).

Lorsque la durée est combinée au nombre de participants, on observe que non seulement les titulaires d'un diplôme universitaire participent davantage, mais qu'ils utilisent les offres de formation de manière plus intensive (voir graphique). L'écart entre les groupes socio-économiques est ainsi plus important que ne laisse apercevoir les chiffres sur la participation uniquement.

 

La formation continue professionnelle domine

49% des personnes qui participent à une formation continue le font pour des raisons professionnelles, tandis que 29% le font pour des raisons privées. Les femmes participent davantage dans des activités non-professionnelles et participent moins à la formation continue professionnelle. Cette différence s'explique en partie par l'intégration différenciée au marché du travail.

Par conséquent, le thème "économie et travail" domine le paysage de la formation continue avec 24% des activités. L'informatique avec 9% et les langues avec 7% sont nettement plus faiblement représentés. Lorsque l'on compare cela plus spécifiquement aux activités de formation continue non professionnelles, telles que "le sport, l'art et la créativité", ce dernier correspond au taux le plus représenté avec 13% des activités de formation continue suisses.

 

Large soutien de l'employeur

Les activités de formation continue professionnelles sont fortement soutenues par les employeurs. Cela vaut pour tous les niveaux de formation, ce qui signifie en retour que les personnes avec un diplôme professionnel tertiaire, dont la participation est supérieure à la moyenne, reçoivent également un soutien exceptionnel de l'employeur.

Les données publiées jusqu'à présent ne montrent pas comment s'est développer l'écart dans la participation à la formation continue. Elles montrent toutefois que cet écart reste encore important.

 

Voir le communiqué de presse

Plus le niveau de formation est élevé, plus les activités de formation continue augmentent. (Grafique OFS)

 

Les gagnants et les perdants de la formation continue

Les derniers chiffres de l'Office fédéral pour la statistique (OFS) montrent que pas tout le monde ne profite de manière équitable du système de formation continue. Les différences ne se sont pas estompées avec les années non plus. La journée FSEA "Les gagnants et les perdants de la formation continue" consacre son thème à cette problématique et elle investit les raisons de cet état de fait pour développer des solutions pour une formation continue équitable.